Justin interview Amanda (FR)

Publié le par Yohan

Voici la traduction de l'interview d'Amanda Seyfried par Justin, pour le magazine Interview!

JUSTIN TIMBERLAKE: Parlons de ce nouveau film que vous avez fait, Red Riding Hood, qui est un récit ou reimagining de Little Red Riding Hood. Évidemment, tout le monde connaît l'histoire, mais comment vous avez fait les gars pour vous en approcher? Quand vous vous faisiez ce film, ne vous sentiez vous pas comme dans un conte de fées? Ou avez-vous fait la juxtaposition des aspects les plus ludiques de l'histoire avec quelque chose d'un peu plus terre?
Amanda Seyfried: Eh bien, à part l'élément majeur pour le surnaturel, comme le loup parlant, c'était plutôt la terre. [Timberlake rires] Nous avons appliqué la dynamique des relations modernes de l'histoire. C'est un thriller, c'est un polar, et il pourrait avoir eu lieu au cours de toute période de l'histoire. Mais notre version est fixé à l'époque médiévale, qui étaient vraiment romantique et gothique, c'est donc un peu plus sombre.
TIMBERLAKE: Le film est magnifique. Il semble, genre, "fantaisiste". Avez-vous eu conte de fées préféré étant enfant?
Seyfried: J'ai bien aimé "The Stinky Cheese Man"
TIMBERLAKE: "The Stinky Cheese Man" ?
Seyfried: Vous en souvenez-vous ?
TIMBERLAKE: Non. Je ne pense pas avoir eu la chance d'en avoir entendu parler. Qu'est-ce ?
Seyfried: Ce sont des parodies de tout conte de fées que nous entendons étant enfants.
TIMBERLAKE: Ah-ha. D'accord, je comprends.
Seyfried: Je suis entré dans ces livres parce que je n'aimais pas les contes de fées quand j'étais plus jeune. J'ai trouvé beaucoup de contes de fées effrayant. Ils n'étaient vraiment pas fait pour moi. Mais j'ai toujours aimé les films qui ont ce genre d'élément fantastique. J'étais obsédé par Romeo & Juliet [1996].
TIMBERLAKE: Vous voulez dire  la version "Baz Luhrmann" ?
Seyfried: Ouais. Je l'ai regardé tout le temps. Je n'arrêtais pas de le regarder. Leonardo DiCaprio a été mon favori absolu. J'étais tellement inspiré par ce film, pour une raison quelconque. C'est beau. Il est lumineux. Il est vif et intense. Et puis l'histoire d'amour et de la bande sonore. . . J'ai adoré
TIMBERLAKE: Quel a été le premier film R-rated que vous avez vu?
Seyfried: Je pense que c'était Hideaway [1995], ce film avec Alicia Silverstone, et Jeremy Sisto où il joue la seconde venue de Satan. Les choses n'étaient pas bonnes quelques mois après. Je ne pouvais pas dormir. J'avais des insomnies. J'aime Jeff Goldblum, qui est également dans ce film. Mais c'est une autre histoire. [Rires]
TIMBERLAKE: Il semble que beaucoup de gens aient comparés Chaperon rouge à la saga Twilight. Que cela vous fait-il ?
Seyfried: Je pense qu'il est difficile de ne pas comparer les Red Riding Hood. Mais Red Riding Hood est un film très différent. Je veux dire, oui, il y a un triangle amoureux, et les gens peuvent facilement comparer la relation entre Kristen Stewart et ces deux gars dans Twilight aux personnages Valérie, Henry et Pierre dans ce film, mais nous avons autant d'éléments qui font qu'il est complètement différent . Personne ne sait qui est le loup dans notre film. Et nous avons modernisé l'histoire et créer notre propre histoire autour du centre emblématique, qui est la jeune fille dans les bois qui parle à un loup, et a une excellente relation avec sa grand-mère. Mais nous avons évidemment dû prendre l'histoire à un tout autre niveau dans le but d'en faire un long métrage, et c'est ce que nous avons fait.
TIMBERLAKE: Mais je suppose que c'est difficile de faire quelque chose comme une adaptation de Little Red Riding Hood, car cette histoire pourrait être interprété de bien des façons.
Seyfried: Je sais, et c'est ce que nous avons fait. Nous sommes en train de raconter une histoire, notre version de l'histoire. Ce n'est pas la version de tout le monde, mais c'est la façon dont nous voulions le faire, et, par conséquent, il est là. Si vous ne l'aimez pas, alors ce sera difficile. [Rires] De plus, Twilight n'a pas Gary Oldman.
TIMBERLAKE: Non, ce n'est pas le cas. J'ai en quelque sorte eu la volonté que Gary Oldman puisse venir vivre dans ma maison et nous pourrions faire cuire le petit déjeuner ensemble et il pourrait me dire comment être meilleurs, en quoi que se soit, car j'ai l'impression que c'est le meilleur, en tout.
Seyfried: Il pourrait être en place pour cela. Il sait comment agir et comment être drôle.
TIMBERLAKE: Peut-être qu'il pourrait m'apprendre à tout cuisiner. Même si se serait suffisant.
Seyfried: [rires] Je pense que je devrais mentionner que je ne porte pas de vêtements.
TIMBERLAKE: Eh bien, si c'est comme ça que vous souhaitez être interviewé, alors c'est bien.
Seyfried: Je suis plus à l'aise dans mon costume d'anniversaire.
TIMBERLAKE: C'est un pays libre d'après ce qu'on me dit. Mais c'est peut-être une bonne occasion donc pour nous de revenir au début. Vous avez grandi en Pennsylvanie?
Seyfried: A Allentown, oui.
TIMBERLAKE: Quelle est la taille d'Allentown?
Seyfried: C'est prêt de Philly. C'est la troisième plus grande ville de Pennsylvanie.
TIMBERLAKE: Étiez-vous toujours dans les arts? Ou était-ce quelque chose que vous avez entamé dans l'adolescence?
Seyfried: Je suis allé à l'école d'art quand j'étais petite. J'ai pris des cours de ballet. J'y été  parce que j'avais trop d'énergie et je ne savais pas où la mettre. Quand j'étais préadolescence, je suis entré dans l'univers du chant. Je suis devenue vraiment obsédé par elle. Mais alors ce fut un echec.
TIMBERLAKE: Vous obtenez l'occasion de chanter dans des films comme Mamma Mia!

Seyfried: C'est vrai.


TIMBERLAKE: C'est drôle pour moi que l'industrie soit si divisée aujourd'hui quand il s'agit de théâtre ou de chant. Je veux dire, si on regarde en arrière,  pour les artistes d'une autre époque -l'ère des showmans-  tous ces gens, hommes et femmes, étaient à la fois bons en tant qu’acteur et en tant que chanteur. Il était des performers. Cela  a probablement eu un effet sur la façon dont la musique est devenue populaire, car beaucoup de la musique de cette l'époque venaient des films.
Seyfried: Je crois que mon expérience dans le chant m'a aidée énormément. Cela a  certainement quelque chose à voir avec la raison pour laquelle je fais ce que je fais aujourd'hui. Alors, évidemment, cela signifie quelque chose pour moi. Mais les gens ne semblent pas se rendre compte qu’il est aussi important d’être polyvalent, tel un des ces performers.
TIMBERLAKE: De toute évidence, j'ai toujours été dans cette voie, lorsque j'étais enfant, parce que j'ai commencé très jeune. Vous avez commencé jeune, aussi. Vos parents sont-ils toujours en faveur de votre intérêt à être créative ou interprète?
Seyfried: Oh, ouais. Ils ont adoré. Honnêtement, je pense qu’ils ont été les parents les plus cool qu’on puisse avoir. Ils ont veillé à mon bonheur. Ils travaillaient tous les deux, mais ils ont tous deux eu assez de temps à me consacrer. Je ne me suis pas dirigée dans les arts pour une raison spécifique. C'était juste moyen pour moi de canaliser toute mon énergie. Et aussi parce que je ne suis bonne dans rien d’autre. Je suis vraiment pas équipé pour, disons, être universitaire ou sportive.
TIMBERLAKE: Eh bien, vous êtes un sacré bout de femme.
Seyfried: Je le suis. C'est un fait.

TIMBERLAKE: Pensez-vous que vos parents ait apprécié le fait que vous vous soyez intéressé au spectacle à cause de votre hyperactivité, et qu’ils aient senti le besoin de vous soutenir dans cette direction? Parce que je n'étais pas un enfant hyperactif. J'étais très timide. Ma mère raconte toujours une blague qui la choquée parce ce que je sais de quoi elle parle désormais, durant les huit ou neuf premières années de ma vie, je n'ai fait que me promener la tête baissée, à regardé mes pieds. J'étais très timide jusqu'à je mette un pied sur une scène.
Seyfried: Je suis content que vous n'avez pas eu de problème au cou.
TIMBERLAKE: Oui, effectivement. Mais c'est surtout parce que ma tête est trop grande pour mon cou. [Seyfried rigole] J'ai lu quelque part que votre sœur joue dans un groupe.
Seyfried: Elle était dans un groupe avant de s'installer à Los Angeles pour devenir mon esclave.
TIMBERLAKE: Vraiment?
Seyfried: Ouais. Elle est dans un groupe punk qui s’appelle Philly Love City. Je les ai vus sur scène une fois. Ils ne sont pas mauvais, si vous aimez le punk.
TIMBERLAKE: Vous parlé comme une vraie sœur. Le  talent musical est dans votre famille.
Seyfried: La musique est quelque chose avec laquelle on a grandi. Comme beaucoup d'enfants, nous avons été obligés de prendre des leçons de piano quand nous étions jeunes. Imagine, c'était la seule chose que mes parents nous forçaient à faire, parce qu’on ne voulait pas le faire et disaient: « Non, vous continuez."
TIMBERLAKE: En fait, je demande si beaucoup d'acteurs sont intéressés par la musique, seriez vous tentée un jour d’enregistrer un album ou de la musique à grande échelle ?
Seyfried : Je l’ai fait, en quelque sorte. J'ai d'ailleurs déjà écrit une chanson avec Damien Rice pour Dear John. Damien ne l’a jamais finie, je veux dire, il aurait pu, mais il ne me l'a pas envoyé. C’était il y a environ un an. C'était une chanson cool. J'étais fier d’elle. J'espère l'entendre un jour.
TIMBERLAKE: Il est brillant. Ce n'est donc pas simplement chanter qui vous intéresse, mais aussi  écrire de la musique?
Seyfried: J'aime bien l'écriture. J'ai écrit quelques chansons. Je voudrais vraiment dire que ce que je fait est de la poésie de fin de journée, parce que je vais m'asseoir avec ma guitare pendant des heures et des heures en fin de, comme, en fin de semaine et puis je n’y  touche plus pendant un mois. J’ai une confidence à vous faire. Vous savez quoi? Je n'ai pas le temps, parce que je préfère faire autre chose, comme le tricot.

TIMBERLAKE: Jouez-vous d'autres instruments? Ou tout simplement de la guitare?
Seyfried: De la Guitare. J'ai un piano et  un alto. Je ne vais pas vous dire si je suis capable ou non de m’en servir, mais j’en ai un.
TIMBERLAKE: Très bien. En posséder un est un engagement. Je suis, cependant, curieux de savoir comment les acteurs qui sont dans la musique se rapportent à ce genre de spectacle. Je trouve que c’est une expérience si différente  d'être sur scène à faire la musique et d’avoir ce type de connexion avec un public.
Seyfried: Eh bien, quand tu es sur scène en tant que musicien, il n'y a que vous, n'est-ce pas? Vous êtes dans votre propre monde. Vous le contrôlez. Vous décidez jusqu'où vous allez. Vous décidez de tout. Cela  doit être difficile pour vous, surtout lorsque vous êtes tellement habitués ce genre de situation, de s’intégrer à l’ambiance d’un film et de perdre le contrôle de ce que vous êtes habitué à avoir.
TIMBERLAKE: Je trouve que c'est libérateur de renoncer au contrôle. C'est agréable pour moi. Ce qui a été le plus difficile pour moi durant ce processus de mouvance vers le métier d'acteur est que j'ai l'impression que je dois rassurer les gens que je ne suis pas un connard (rires). Il y a une stigmatisation du fait d'être sur scène et d'être musicien

Seyfried: C'est vrai. Je comprends votre combat. Mais je pense que vous avez dépassé ce stade. [Rires] Mais.. Qu’est ce qui vous dérange dans le fait d’être un connard?
TIMBERLAKE: Oh, c'est vrai. Ouais, eh bien, c'est un boulot de merde. (Rires) Mais plus sérieusement, nous sommes encore dans l’optique de la  musique, quel genre de musique aimez-vous écouter?
Seyfried: Probablement la musique d’auteur interprète. J'aime Damien Rice ou  Ray LaMontagne ou Willy Mason. J'adore la musique lente. Je veux dire, les gens peuvent dire que c'est ennuyeux et que cela donne envie de vous suicider, mais à la fin d’une journée. . .

TIMBERLAKE: Je pense que toutes les personnes que vous venez de mentionnés sont de purs génies. Je suis un grand fan de Ray LaMontagne. J'ai été, sans aucun doute à chaque spectacle qu’il a fait à Los Angeles.
Seyfried: Je ne peux pas dire ça de moi-même, mais il m’a dédicacé un autographe une fois. Le truc avec Ray, c'est qu'il est devenu un peu plus pop-y au fil des ans, mais il a toujours eu un peu de cela en lui et il ne s’en soucie pas. Je trouve que trop de gens ont peur de faire du mainstream. J'ai un tas d'amis qui sont musiciens, et je suis constamment en train de les convaincrent à vendre un peu leur musique. Parce qu’à quoi ça sert de faire de la musique si vous ne voulez pas les gens l'entendent?
TIMBERLAKE: Quoi que vous fassiez en tant que musicien, peu importe la qualité, quelqu'un quelque part va vous critiquer. Vous y mettez tout votre cœur, et ce qui arrivera arrivera. Mais c'est comme ça pour n’importe quel artiste. Pour faire un tableau, vous prenez une photo, c'est la même chose.
Seyfried: Mais le plaisir n'est-il pas le but de tout ça? Je pensais que faire Chloé allait être un risque et je me demandais ce que les gens allaient en  penser, et puis je me suis dit, "Vous savez quoi? L'expérience que je vais avoir en faisant ce film est beaucoup trop important pour moi". Cela peut être l'accomplissement du moment où vous vous ne vous souciez plus de comment le travail va être reçu. C’est juste passionnant de ne pas s’en soucier – à part si ça blesse quelqu’un.

 

Crédit traduction: MJT & Jtimberlake-France

Publié dans Time out (film)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article